Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Transmis par Pablo

 

Objet : Emilie Martin a décidé de ne pas se rendre à l'Audiencia Nacional

 

Voilà plus d'un an et demi que le mouvement populaire Herrira a vu le jour au Pays basque. Avec pour objectif la socialisation de la nécessaire libération des prisonnier-e-s et des réfugié-e-s politiques basques dans le cadre de la résolution du conflit au Pays basque. Les revendications de Herrira s'appuient sur le strict respect des Droits de l'Homme, exigeant la désactivation des mesures d'exception appliquées aux  prisonnier-e-s politiques basques : la fin de la dispersion politique, la libération des prisonniers malades, la désactivation des mesures qui mènent à une condamnation à perpétuité et la remise en liberté des prisonniers «conditionnables».

 

C'est avec ces revendications qu'Herrira a su effectuer un vaste travail de sensibilisation et d'information auprès de la population, rencontrant divers acteurs politiques, sociaux, et syndicaux, organisant des temps forts qui ont permis une visibilité importante de la demande populaire.

Ainsi, 15 OOO personnes faisaient une avec ces revendications le 10 novembre 2012. Puis 115 000 personnes emplissaient les rues de Bilbao quelques mois plus tard, le 12 janvier 2013, sous le slogan « Droits de l'Homme. Résolution. Paix. Retour des prisonnier-e-s et des réfugié-e-s politiques basques. » Les mobilisations « plazara » ont également démontré l'amplitude de la demande d'une majorité de la population, mobilisations organisées dans plus de 250 villes et villages du Pays basque.

 

Mais face à la mobilisation populaire, les états français et espagnol n'ont eu pour réponse que des mesures répressives. Les arrestations de 18 membres d'Herrira le 30 septembre dernier au Pays basque sud, (avec fermeture et mise sous séquestre des bureaux et  fermeture des comptes en banque) en sont la triste et grave illustration.

 

L'état français quant à lui s'est engagé dans une procédure de remise à l'état espagnol de Jokin Aranalde, via l'application d'un mandat d'arrêt européen. Jokin, qui est un des porte parole du Collectif des réfugié-e-s politiques basques qui s'est clairement  positionné en faveur du processus de paix et s'est engagé à en être un acteur déterminé.    

 

Dans cette logique répressive, l'audiencia national de Madrid a convoqué Emilie Martin, porte parole d'Herrira au Pays basque nord. Emilie a fait part de sa volonté de ne pas répondre à cette convocation, ne souhaitant pas se présenter devant un tribunal qui bafoue les droits de l'Homme.

 

Herrira appelle l'ensemble des hommes et des femmes du Pays basque et d'ailleurs, soucieux du respect des Droits de l'Homme, et désireux de voir le processus de paix en cours au Pays basque se développer, à être vigilent et à se mobiliser pour que la volonté populaire soit respectée.

Goutte par goutte, nous formons l'océan !

 

 

Baiona, 2013ko azaroaren 5a

 

Respect des droits des prisonnier-e-s

et des exilé-e-s politiques basques!

 

La militante basque Emilie Martin, soeur d'Aurore Martin et porte-parole du mouvement Herrira, le 4 novembre à Bayonne. (Photo Gaizka Iroz. AFP)

La militante basque Emilie Martin, soeur d'Aurore Martin et porte-parole du mouvement Herrira, le 4 novembre à Bayonne. (Photo Gaizka Iroz. AFP)

VOIR aussi :

REVOIR :