Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1er janvier 2013

Après la libération du père Georges Vandenbeusch

Georges, mon frère. Par Jacques Gaillot, évêque de Partenia

Georges mon frère,

 

Toi que nous aimons, te voici  libéré,

au moment où nous fêtons l'an neuf.

L'incroyable nouvelle de ta libération nous a surpris.

Les cloches de ton ancienne paroisse se sont mises à sonner à toute volée

pour annoncer partout la joyeuse nouvelle.

 

Georges mon frère,

 

Ton visage, au regard vif, nous est devenu familier,

et ton nom est sur nos lèvres.

Dans ta détention,  tu as connu la séparation, la souffrance, la solitude.

Mais tu as su garder ta dignité.

Malgré les épreuves, personne n'a pu la prendre.

La dignité fait partie de toi.  Elle t'appartient.

 

Georges mon frère,

 

Tes ravisseurs ont pu bénéficier de ta présence,

Car tu es un homme libre qui n'a peur de personne.

Tu veux repartir en terre africaine, là où tu as été enlevé.

Ta liberté intérieure donne à tes paroles un caractère d'authenticité et de profondeur.

La liberté est contagieuse. Ce sont toujours des libertés qui  engendrent d'autres libertés.

 

Georges mon frère,

 

Tu es maintenant lié  plus que jamais à tous les otages

Ta parole aura du prix et du poids  pour faciliter leur libération.

En retournant sur une terre de passage et de risque,  tu seras respecté.

Entraine-nous dans une solidarité sans frontières car tout homme est un homme.

Ce que nous avons fait pour toi, nous le ferons pour d'autres, car l'autre est un frère.

 

 

Georges, dis-nous quel est  ton secret.Pour conduire ta vie de façon si humaine et si courageuse.

Avec un cœur qui ne connaît pas le ressentiment mais la tendresse.

Tu es un homme de prière, habité par une présence. Tu sembles accompagné partout où tu vas.

Dis-nous quel est ton secret car ta présence laisse pressentir que Dieu est avec nous.

 

JacquesGaillot

Evêque de Partenia