Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Transmis par GW

Une bien triste nouvelle !

Monique Guillemain a quitté ce monde terrestre dans la nuit de Samedi à Dimanche (10-11 mai 2014), après avoir fait un AVC vendredi.

Depuis 2006, Monique Guillemain était au Conseil d’administration de Partenia.

Monique Guillemain a quitté ce monde

Chers amis,
PARTENIA vient d'apprendre la disparition de Monique GUILLEMAIN.
Nous sommes bien tristes car Monique était une militante fidèle et convaincue; sa forte personnalité aura marqué tous ceux qui ont croisé sa route. Elle avait été professeur et restait soucieuse de l'éducation des jeunes générations; elle avait été présidente nationale du MOUVEMENT LE NID et n'a jamais cessé de s'attacher à la cause  de ceux et surtout de celles qui essayaient de sortir de la prostitution qui (quoi qu'en disent certains) n'est pas un "métier" mais une "servitude" indigne de notre monde dit civilisé.
Monique laisse déjà un grand vide parmi nous, parmi ceux qui partageaient tel ou tel volet de son existence tellement active : son amour de la musique, sa chorale, ses engagements au NID ou à PARTENIA...  Merci à elle pour ce qu'elle a apporté à chacun de nous. La voilà entrée dans la PAIX !
Hélène Dupont

-----------------------------

Nos condoléances pour la disparition de Monique GUILLEMAIN.

L'Homme passe mais le fruit de son combat reste!

vive Monique GUILLEMAIN.

Omid et Afchine

et tous les Iraniens de la Résistance

-----------------------------

Quelle femme en effet, je crois que j'ai rencontré de rares personnes exceptionnelles, et Monique l'était - Quel caractère, quelle élégance, quelle détermination pour la justice  et les combats qu'elle menait. Je crois qu'elle a fait de sa vie une vraie et belle histoire au service des autres.

Lydia

-----------------------------

Nous sommes bouleversés d’apprendre le départ de Monique. La très belle journée partagée pour l’assemblée de Partenia nous semble si proche…

Nous ne pourrons malheureusement pas être physiquement avec vous vendredi car Pablo est, suite à une chute entrainant fracture du péroné de sa jambe valide, totalement immobilisé. Je suis donc infirmière à demeure pour un bon mois.

Nous sommes et serons bien sûr avec vous en pensée et en prière et comme le suggère Gérard nous vous transmettons quelques mots, si peu pour ce que nous ressentons dans nos cœurs.

Nous garderons toujours à l’esprit le chaleureux sourire de Monique qui a su, avec une grande tendresse, nous faire partager son parcours à la rencontre des autres. Son regard bienveillant  et sa douce voix décrivaient avec pudeur la dureté de la rue, de l’indifférence, le désespoir.  Monique nous invitait à poursuivre le chemin des instants précieux, des « petits  riens » qui illuminent le quotidien de celles et ceux qui se sentent transparents dans un monde d’exclusion. Aujourd’hui nous sommes porteurs de ce formidable message, riche d’amour en toute simplicité. Nous gardons le cap, guidés par le doux regard de Monique.  

Pablo et Michèle

-----------------------------

Triste nouvelle.

Je connaissais peu Monique, mais lors de ma première rencontre avec les membres de Partenia, elle m'avait  accueillie les bras ouverts, nous avions discuté longuement sur le sort des jeunes et moins jeunes qui vont se réfugier  au sein du "Nid". Quel enthousiasme, quelle énergie et quelle bienveillance. Voilà une femme à qui je voudrais ressembler m'étais-je dit. 

Paix

Françoise

-----------------------------

Monique
par ta tendresse, ton humanité, ton sourire et ta compassion
tu as été de ces femmes qui ouvrent leur cœur à joie et à la détresse des autres
et les autres, dans leur joie et leur détresse, t'ont ouvert leur cœur.
il y a en toi cette espérance qui demeure et qui grandit.
Merci d'avoir été toujours là.
Partenia te le dit et t'accompagne.
Toi aussi, s'il te plait, continue de nous accompagner...
Benjamin

-----------------------------

Merci, Seigneur, d’avoir guidé Monique sur le chemin de notre équipe de PARTENIA.

Elle a su nous ouvrir à un monde caché si complexe, si mortifiant qu’est celui de la prostitution, et grâce à elle nous avons pu rencontrer une ancienne prostituée, heureuse et émue de ne pas se sentir jugée.

Deux mondes se rencontraient et Monique était la croisée des chemins.

Dans son action, Seigneur, vous étiez à ses cotés, comme vous l’êtes toujours auprès de ses protégées et des exclues

Georges et Christiane

-----------------------------

J'ai beaucoup apprécié Monique, son vif engagement, sa belle présentation et allure, et j'aimais parler avec elle aux rencontres de Partenia. Elle m'a invitée de la voir chez elle - et maintenant je regrette beaucoup de ne pas avoir trouvé le temps de suivre son invitation. A l'heure de son enterrement j'ai bien prié pour elle.

Christa Pattas (Allemagne)

----------------------

De retour d'un voyage en Grèce, nous apprenons la triste nouvelle. Nous voulons dire toute l'estime que nous avions pour Monique. Nous la remercions d'avoir influencé notre regard sur la prostitution. Nous attachions beaucoup d'importance à ses paroles. Nous sommes heureux de l'avoir rencontrée.

Adieu Monique!

Bernadette et Bruno Catrice

--------------------------------------------------------------------

 

Voici quelques photos prises lors d’Assemblées Générales ou de Conseil d’Administration de Partenia 2000 (la chanson de Brassens rappelle tout le travail de Monique avec le Mouvement du Nid)   :

 

--------------------------------------

Et des interviews :

Changer de regard. Avec Monique :

Changer de regard. Avec Satia

 --------------------------------------------

Les funérailles

Nous nous sommes retrouvés cet après-midi au près-Saint-Gervais, autour de Monique pour sa dernière "Grand-messe".

La cérémonie était belle, beaucoup de monde, chorale formidable. Tout était bien réglé et comme de son vivant, Monique n'a rien laissé au hasard. Elle a choisi les textes d'évangile et même les chants qui ont ponctué la cérémonie. 

Je retiens aussi cette belle intervention d'une de ses amies que je n'ai  malheureusement pu enregistrer. 

Alors que hier nous nous posions encore la question de savoir ce que nous pouvions lui offrir, et que certains pensaient à l'association le Nid qu'elle portait dans son cœur, nous ne savions pas que Monique portait autant Partenia 2000 en elle. Elle a ainsi demandé que la quête soit partagée entre l'Eglise, le NID et Partenia 2000.

Merci à Monique pour ces moments intenses qu'elle nous a offert. Merci à Gérard et Michel qui officiaient (côté Partenia), et à tous les membres de Partenia présents.

Germaine

 

----------------------

Au revoir, Monique !

L'hommage rendu à Monique était simple, authentique, recueilli.

Gérard était là avec ses mots, qui disent toujours l'essentiel et qui nous ramènent sans cesse à la réalité. Ainsi nous avons pu serrer très fort la main de Monique :

" Elle nous a accompagnés, elle laisse un vide à Partenia..." a t-il dit.

Monique, engagée pour dire le besoin de dignité de chacun et des plus rejetés, nous a confié ces paroles d'un évêque poète : 

 

"Lorsque seront croisées

Mes deux mains dans la mort

Ô mes amis

Tendez

Tendez vos mains

A l'étranger, à la prostituée

Au pèlerin

Bien vite

Accueillez-les."

 

Monique nous a rejoints dans l'humilité de ses actes, la tendresse de sa personne, la justesse de ses mots. 

L'espérance d'un monde meilleur n'est pas un idéal vain. Il faut y travailler avec courage et acharnement. Elle incarnera toujours cette force pour agir.

La connivence avec nous, elle l'a cherchée dans le "sourire", dernier signe qu'elle a voulu partager, sans doute pour dire que la vie est belle et nous demander de continuer d'aimer.

 

Elle a mis en musique autant qu'elle a pu, ces mots de Saint Paul :

"L'amour prend patience, l'amour rend service (...), il trouve sa joie dans la vérité, il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout.

L'amour ne passera jamais."

Maryvonnne  Pinel

 

 

 

Monique Guillemain a quitté ce monde
Monique Guillemain a quitté ce monde
Monique Guillemain a quitté ce monde
Monique Guillemain a quitté ce monde
Monique Guillemain a quitté ce monde
Monique Guillemain a quitté ce monde

--------------------------------------------

 

-1ère lettre aux Corinthiens 13,1-13

- Jean 20,1-2, 11-18

Homélie

C’est Monique qui a choisi les textes que nous venons d’entendre. Elle avait préparé son enterrement. Le choix de ces textes est déjà parlant en lui-même.

Jésus est vivant ! Et ce sont des femmes qui annoncent sa résurrection. Ceux qui connaissaient bien Monique ne seront pas étonnés par ce choix. Pas plus que par le premier texte :  si je n’ai pas d’amour, je ne suis rien !

D’autres seraient sans doute mieux placés que moi pour parler ici, maintenant : je ne connais Monique que depuis 2006. Date à la quelle elle est entrée au Conseil d’administration de notre association : Partenia 2000.

Mais depuis 2006, elle a eu le temps de nous marquer profondément. Deux autres membres du Conseil d’administration, Georges et Christiane Kauffmann écrivent ceci :

Merci, Seigneur, d’avoir guidé Monique sur le chemin de notre équipe de PARTENIA.

Elle a su nous ouvrir à ce monde caché si complexe, si mortifiant qui est celui de la prostitution, et grâce à elle nous avons pu rencontrer une ancienne prostituée, heureuse et émue de ne pas se sentir jugée.

Deux mondes se rencontraient et Monique était la croisée des chemins.

Dans son action, Seigneur, tu étais à ses cotés, comme tu l’es toujours auprès de ses protégées et des exclues.

A Partenia, dans le sillage de Jacques Gaillot, nous luttons, là où nous habitons,  contre les exclusions. Celui-ci se retrouve avec des palestiniens, celui là avec  des sans domiciles fixes, celui-ci avec des sans papiers, celle là avec des personnes prostituées. La liste est longue !
Monique ne manquait jamais de nous tenir au courant des actions et des combats du Mouvement du Nid. Les articles et les dossiers dans la Lettre de Partenia sont nombreux. Les documents qu’elle nous partageait régulièrement sont nombreux également.

Mais plus que des papiers, plus que des écrits, Monique avait toujours des petites histoires à nous raconter, - non - , pas des petites histoires, mais plutôt toutes sortes de rencontres.
Et comme le disent nos amis Kauffmann, elle nous a fait connaitre Satia. Vous pourrez faire sa connaissance si vous avez internet. J’ai interviewé Monique, et ensuite, devant le camescope, Monique a interviewé Satia.

Satia a une cinquantaine d’année. C’est une ex prostituée. Elle parle beaucoup quand elle se sent en confiance. Elle vous explique son histoire, une longue histoire qui s’est passée en France et en Belgique. Et si vous lui demandez comment elle est sortie de cette galère, elle vous explique : « Il y a eu une chouette personne qui m’a parlé ». Une chouette personne qui ne l’a pas regardée comme on la regardait d’habitude. Une chouette personne qui l’a écoutée… Satia ne dit pas que cette chouette personne, c’est Monique, mais le sourire discret de Monique en dit long….

Un regard, une écoute, et voila une personne qui  sort de l’enfer, qui ressuscite, qui reprend goût à la vie. Ce n’est pas pour rien que Monique a choisi ce passage où l’on voit des femmes courir porter la bonne nouvelle : il est vivant !

A cette époque, en 2009, Monique avait pris en charge le dossier du numéro 52 de La Lettre de Partenia : « Changer de regard, changer de vocabulaire ». Et voici  un extrait de ce dossier, un cri de Monique : « Peut-on supporter ? »

Peut-on supporter …

Qu’on réduise l’être humain à un sigle,

Qu’on désigne l’être humain par la couleur de sa peau,

Qu’on stigmatise l’être humain par un qualificatif catégoriel ?

 

Celui-là n’est pas un SDF,

mais une PERSONNE sans domicile

Est-ce si long à dire ?

 

Celui-ci n’est pas un noir,

mais un Africain, ou un Antillais, ou….

Est-ce si dur à prononcer ?

 

Celui-là n’est pas un handicapé,

mais une personne qui a des difficultés physiques.

 

Celui-ci n’est pas un assassin,

ni un pédophile, ni un violeur,

 

Celle-là n’est ni une pute, ni une putain,

ni une prostituée,

mais une personne qu’on exploite, qu’on avilit.

 

Je suis, tu es, il est….. une PERSONNE.

 

C’était la complainte du SDF

et de tous ceux qu’on réduit

à moins que rien…

 

Paris, le 15 Mai 2009

Monique GUILLEMAIN

 

Voila donc l’exemple que Monique nous a donné  toutes ces dernières années. Quand vous côtoyez de telles personnes, vous êtes obligés de marcher. Vous ne pouvez pas baisser les bras.

Quelqu’un a écrit : « Quelle femme ! ». Et une autre surenchérit : « Quelle femme en effet ! Je crois que j'ai rencontré de rares personnes exceptionnelles, Monique en était une. Quel caractère, quelle élégance, quelle détermination pour la justice  et les combats qu'elle menait !  Je crois qu'elle a fait de sa vie une vraie et belle histoire au service des autres ».

Oui, merci Seigneur de nous avoir donné de connaitre Monique.

Gérard Warenghem

Monique Guillemain a quitté ce monde