Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

===============================

Le coming out, contraction de l'expression coming out of the closet, ou sortir du placard au Canada, désigne principalement l'annonce volontaire d'une orientation sexuellenote 1 ou d'une identité de genre. Le coming-out peut se faire dans un ou plusieurs milieux : les membres de la famille (proche/éloignée), les amis, les collègues, les voisins, etc.

Par extension, le terme coming out peut désigner l'annonce publique de toute caractéristique personnelle, jusque-là tenue secrète par peur du rejet ou par discrétion : l'appartenance à une religion, des opinions politiques, l'appartenance à une organisation comme la franc-maçonnerie, l'appartenance à une association ou un parti, une profession jugée honteuse ou au sujet de laquelle le secret est exigé, etc.

===================================

 

Virginie: « C’est l’enfer »

Faire son coming-out dans une famille qui défile à la Manif pour tous…

Un jour, après avoir écrit une lettre à ma mère pour lui annoncer mon homosexualité, sa première réaction fut de m’appeler. Ma mère était très sereine, elle m’a expliqué que depuis plusieurs années, elle s’en doutait… Mon père n’a plus voulu me parler, il était choqué. Nos relations ne sont plus les mêmes depuis. J’étais assez heureuse de voir que ma mère m’acceptait, car comme je l’avais écrit dans ma lettre, j’avais peur d’être rejetée.

Malheureusement, le jour où je suis rentrée chez eux pendant mes vacances, nous n’en avons pas parlé et nos contacts ont été très tendus. Une semaine après, mon père a eu l’idée d’aller à la Manif pour Tous à Paris… Durant un repas de famille, peu de temps après, des propos homophobes ont été lancés, par mes oncles et mon père. Cela m’a blessée. Je suis montée à l’étage pour pleurer. Je devais cacher ma tristesse et mes blessures car les autres membres de ma famille ne sont pas au courant et mes parents m’ont dit de me taire, que cette nouvelle les rendrait malades.

La suite sur :

Virginie: « C’est l’enfer »