Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Transmis par Ruki Fernando et Didier Vanhoutte

Je reçois de Ruki Fernando le message que je vous transfère immédiatement. Vous vous souvenez de la manière dont Ruki lui-même a été mis en danger il y a quelques mois, et comment des interventions internationales diverses, dont la nôtre, ont permis sa libération.

D. V.

REVOIR :

et :

La mère d’un disparu détenue depuis 6 mois

Depuis près de six mois, Jeyakumari Balendran est détenue dans une prison notoirement connue pour son recours à la torture. Son tort : avoir demandé au gouvernement sri lankais des informations sur son fils disparu depuis 2009.

Sri Lanka : soutien à Jeyakumari Balendran

VOIR :

--------------

Vous pouvez agir auprès des autorités srilankaises en envoyant cette lettre.

 

 

Gotabhaya Rajapaksa

Ministry of Defence and Urban Development

15/5, Baladaksha Mawatha,

Colombo 03, SRI LANKA

Fax: 00 94 11 254 1529 (keep trying)

Email: secdef@sltnet.lk

 

Monsieur le ministre,

 

À la suite d’informations reçues de l’ACAT, je vous exprime ma vive préoccupation concernant la détention arbitraire de Jeyakumari Balendran depuis six mois. Arrêtée le 13 mars 2014, cette femme, qui demandait au gouvernement des informations sur son fils disparu depuis 2009, est actuellement détenue à Boosa en vertu de la Loi relative à la prévention du terrorisme sans être inculpée.

 

Elle a été giflée et frappée au cours de son interrogatoire par le Service d’enquête sur le terrorisme (TID). Selon les informations de l’ACAT, en tant que femme tamoule et hindoue, elle appartient à une catégorie de détenus particulièrement vulnérable à la torture et aux mauvais traitements à Boosa.

 

Dans ce cadre, je vous demande instamment de :

  • libérer Jeyakumari Balendran immédiatement et sans condition, à moins qu'elle ne soit inculpée d'une infraction dûment reconnue par la loi et jugée de manière équitable et impartiale, conformément aux normes internationales ;
  • enquêter sur les allégations de torture et de mauvais traitements subis lors de son interrogatoire et sanctionner les responsables ;
  • veiller à ce que cette femme soit protégée de la torture et d’autres mauvais traitements, qu’elle puisse contacter sa famille, voir son avocat, et bénéficier des soins médicaux dont elle pourrait avoir besoin ;
  • veiller à ce que Jeyakumari Balendran obtienne des informations sur le sort et l’endroit où se trouverait son fils disparu depuis 2009.

 

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur le ministre, en l’expression de ma considération respectueuse.

 

 

 

 

Copie à adresser à l’Ambassade du Sri Lanka :

16 rue Spontini - 75016 Paris - fax : 01.55.73.18.49- sl.france@wanadoo.fr