Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Transmis par Claude Simon, prêtre ouvrier (Caen)

 

Claude Simon fait partie de l’Equipe de chrétiens en classe ouvrière du secteur de CAEN  (ECCO)

 

Le Synode de la famille, Ouest France, et Claude Simon !

 

Le Synode de la famille, Ouest France, et Claude Simon !

 

Envoyé à « Ouest France », le 22 octobre 2014

Dans « Ouest France » du 20 octobre, l’article de François Vercelletto sur le « Synode de la famille » laisse entrevoir une ouverture de la réflexion des évêques sur « l’accueil dans l’Eglise des divorcés -remariés et des homosexuels ».

Il serait grand temps que les journalistes de la presse écrite, radio et télé comprennent que l’Eglise de Jésus Christ est l’ensemble des baptisés et, pour ce qui est de la branche catholique, pas seulement le pape et les évêques.

Cette Eglise – là, celle des chrétiens de la base, ne se contente pas d’ouvrir une fenêtre. Sa porte est largement ouverte depuis longtemps, bien avant Vatican 2, ce concile que Jean 23 avait convoqué parce qu’il avait su écouter le peuple des catholiques et, à travers eux peut-être, les attentes des hommes et des femmes de ce monde. Espérons que le pape François saura le faire aussi.

La conclusion de l’article de François Vercelletto me laisse pourtant perplexe : « Dans tous les cas, c’est lui qui aura le dernier mot en 2015. » Cela donne l’impression qu’un homme seul décide pour tous les catholiques du monde. Ce n’est guère démocratique !

A moins que, dans ce dernier mot, le pape François exprime la volonté de la grande majorité des catholiques qui n’ont pas « peur de la nouveauté » à l’inverse semble-t-il de trop nombreux évêques qui continuent de penser que les divorcés remariés et les homosexuels vivent dans le péché.

A des degrés divers nous sommes tous pécheurs. Et le pécheur que je suis, prêtre depuis 56 ans, n’hésite pas à les accueillir notamment comme le font aussi les autres chrétiens présents, au repas de Jésus toujours vivant avec, pour nourriture commune, le partage de la parole, du pain et du vin.

En faisant cela, comme des milliers de prêtres dans le monde, je pense être fidèle à Jésus qui, dans l’évangile de Matthieu, au chapitre 25, s’identifie à tous les rejetés de la société (et parfois hélas, de l’ »Eglise – institution ») et qui dirait peut-être aujourd’hui : « J’étais divorcé (e) remarié (e), j’étais homosexuel (le) et tu m’as invité (e) à ta table où, plus qu’accueilli(e)  par compassion, je me suis senti(e) reconnu(e)  comme un (e) convive à part entière ! »

Claude Simon

 

REVOIR :