Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A voir...

Mardi 25 novembre : Congo, un médecin pour sauver les femmes

le mardi 25 novembre 2014 à 20.40

Congo, un médecin pour sauver les femmes

Documentaire

 

Denis Mukwege, un homme qui se bat au quotidien avec ses armes de médecin. © Roches Noires Productions / Karoninka

Denis Mukwege, un homme qui se bat au quotidien avec ses armes de médecin. © Roches Noires Productions / Karoninka

Récompensé par le prix Sakharov 2014, le chirurgien congolais Denis Mukwege opère depuis quinze ans, dans l’hôpital qu’il a fondé, des femmes victimes de sévices sexuels dans la province du Sud-Kivu. Ce film, qui lui donne la parole, ainsi qu’aux soignants et à leurs patientes, est un cri à la face du monde.

« Je me sens perdue. Tout mon entourage me déteste parce que j’ai été violée par des militaires en rentrant de l’école ; mes amies ne me parlent plus à cause de ça. […] Tout me ramène aux souffrances qu’ils m’ont infligées. […] Malheureusement, je suis restée en vie. Si j’avais pu mourir… » Des histoires comme celle d’Annie-Françoise, 17 ans, qui porte le fruit de son viol, le Dr Denis Mukwege en entend tous les jours. Cela fait près de vingt ans qu’en République démocratique du Congo, notamment à l’est du pays, dans la très riche province du Sud-Kivu, les violences sexuelles sont utilisées comme arme de guerre pour terroriser la population et détruire le tissu social. Et quinze ans que ce médecin gynécologue soigne les séquelles physiques et psychiques des innombrables agressions subies par les femmes. En 1999, lorsqu’il décide de créer, dans un Congo alors en plein conflit, l’hôpital de Panzi à Bukavu, sa ville natale, c’est pour permettre aux futures mères d’accoucher en sécurité. Contre toute attente, la première patiente du Dr Mukwege n’est pas une parturiente, mais une victime de viol. En à peine un an, le docteur voit le nombre de femmes ayant subi des violences sexuelles tripler. Pour faire face au drame, il ouvre un service spécialisé et avertit les organisations internationales. Depuis lors, Denis Mukwege n’a jamais cessé un combat qui lui a valu d’être la cible de plusieurs tentatives de meurtre, dont la dernière s’est soldée par l’assassinat de son ami et garde du corps. En quinze ans, le « médecin qui répare les femmes » a pris en charge plus de 40 000 de ses concitoyennes, mais aussi créé les Maisons Dorcas, des centres d’apprentissage où les survivantes s’initient à un métier, reprennent goût à la vie et apprennent à défendre leurs droits, y compris en justice.

Le documentaire sera suivi d’un débat animé par Marina Carrère d’Encausse, en présence de Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education nationale, d'Ernestine Ronai, responsable de l’Observatoire départemental de Seine-Saint-Denis des violences faites aux femmes et du Dr Gérard Lopez, psychiatre, spécialiste de la violence.  Marina Carrère d’Encausse s'entretriendra aussi, en duplex, avec la Dr Mukwege.

Documentaire
Durée 52'
Auteure-réalisatrice Angèle Diabang
Production Roches Noires Productions / Karoninka, avec le soutien du Fonds francophone de production audiovisuelle du Sud, de la Région Basse-Normandie, en collaboration avec la Maison de l’image Basse-Normandie. En partenariat et avec la participation du Centre national du cinéma et de l’image animée et de France Télévisions.
Année 2014

Déconseillé aux moins de 10 ans

Voir aussi :

Quelles-sont les lésions provoquées par le viol ?

 

 

----------------

Une classification des lésions dues au viol