Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Participer à certaines campagnes peut coûter cher ...

Le procés a été reporté au 24 juin.

Voir aussi article plus bas :

"Arrestations et libérations ici et là" , le  15-4-06

BRAZZAVILLE, 12 juin 2006 (AFP) 12:25

Citoyen : Congo: deux militants des droits de l'Homme jugés mardi pour faux

 

 

Deux militants congolais des droits de l'Homme incarcérés trois semaines en avril dans une affaire financière qui a suscité la polémique seront jugés mardi devant un tribunal de Pointe-Noire pour "faux et usage de faux", a-t-on appris lundi auprès de l'un d'eux.

 

 

Respectivement président de la Rencontre pour la paix et les droits de l'homme (RPDH) et secrétaire exécutif de la commission justice et paix de l'église catholique, Christian Mounzéo et Brice Makosso avaient été inculpés et écroués le 7 avril pour "abus de confiance, détournement de fonds, faux et usage de faux et complicité", puis remis en liberté le 29 avril.

 

 

La procédure avait démarré à la suite d'une plainte de l'ancien secrétaire général de la RDPH William Bouaka, qui les accuse d'avoir détourné de l'argent des comptes de cette association.

 

 

Le 2 juin, le juge d'instruction a rendu une ordonnance de non-lieu partiel en faveur des deux hommes, les exonérant des poursuites pour "abus de confiance et détournement de fonds", a déclaré lundi à l'AFP M. Mounzéo.

 

 

"Il a décidé de renvoyer l'affaire devant le tribunal et nous comparaîtrons mardi pour faux et usage de faux", a-t-il ajouté.

 

 

L'arrestation de MM. Mounzéo et Mackosso a fait grand bruit au Congo, où de nombreuses ONG et partis politiques se sont mobilisés pour obtenir leur libération, estimant leur incarcération motivée par leur appartenance à la coalition Publiez ce que vous payez (PCQVP).

 

 

Cette ONG milite pour la transparence dans l'utilisation des revenus pétroliers et a épinglé à plusieurs reprises le Congo pour l'opacité de sa gestion des revenus de l'or noir.

 

 

La plupart des documents saisis lors de perquisitions à leurs domiciles concerne la gestion du pétrole et du bois congolais, ont ainsi relevé les partisans des deux militants congolais.

 

 

Le président de la Banque mondiale Paul Wolfowitz avait lui-même évoqué cette affaire, estimant que l'arrestation de MM. Mounzéo et Mackosso mettait "en doute l'engagement du Congo à rendre des comptes".

 

 

Le gouvernement congolais avait réagi par la voix de son porte-parole Alain Akouala en affirmant qu'il n'était pas intervenu dans cette affaire, uniquement liée à "la gestion financière d'une ONG".

 

 

Dans un rapport publié en 2005, l'ONG Global Witness basée à Londres avait accusé l'entourage direct du président congolais Denis Sassou Nguesso de dissimuler une partie des pétrodollars du pays, selon des montages complexes mis au jour en novembre lors d'un procès devant la justice britannique.

 

 

©

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

crédit : E. Perriot / SC
Brice Mackosso (à droite) et Christian Mounzeo (à sa gauche) devant la tour Total à Paris, lors du lancement de la campagne "Publiez ce que vous payez". A leurs côtés, le Pasteur Alphonse Mbama, Président de l'Eglise Evangélique du Congo (à gauche), et Mgr Louis Portella, Evêque de Kinkala (à sa droite).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Publiez ce que vous payez