Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Transmis par Francis Gely

 

Chers amis,

Avec Adolfo Pérez Esquivel, j’ai rencontré 5 ou 6 fois Danielle Mitterrand à France Libertés et même une fois chez elle, rue de Bièvre à sa sortie de l’hôpital.

Une fois elle m’a confié en tête à tête : « Avec François, nous étions d’accord sur 98% des sujets, mais avec le Président, qu’est-ce que je me suis disputé ».

J’ai toujours eu beaucoup d’admiration pour elle avec son courage inébranlable quand il s’agissait d’aider les autres et de réclamer l’eau potable pour tous les humains.

Amicalement,

Francis.

 

 

 apparition-684_510x255.jpg

 

 

 

À ma chère amie Danielle Mitterrand

Militante de la Vie

 

                                                                   Adolfo Pérez Esquivel

 

Tu as décidé de partir vers d'autres horizons et à la fois de rester et d'être présente auprès des peuples, avec ta solidarité et ton soutien inconditionnels, luttant pour les causes justes sur le chemin de la libération.

Peu à peu, tu as forgé des espaces solidaires au travers de France Libertés, qui a fêté cette année ses 25 ans. Cette fondation a illuminé et encouragé des groupes et mouvements sociaux, qui ont trouvé en ta personne l'affection et la fraternité pour continuer à tisser la chaîne de l'espérance, firme et solidaire dans la lutte contre les totalitarismes, et les dictatures militaires dont nous avons souffert en Amérique Latine et ailleurs dans le monde.

Nous t'avons retrouvée sur les chemins accompagnant et réclamant les droits des peuples, tels que les Kurdes, les Sahraouis, au Moyen-Orient, en Asie, entre autres.

Ton expérience de vie t'a amenée à la résistance contre le nazisme dans la lutte pour la libération de la France, où tu as pu ensuite apaiser ton esprit et ta soif de liberté.

Je me souviens de nos rencontres à Paris, de ta préoccupation et de ta solidarité permanente pour les enfants du monde. Grâce à cela, nous avons pu donner vie et réussir à construire le Village des Jeunes pour la Paix[1] en Argentine. Nous avons eu la joie de te recevoir et tu as pu partager avec les jeunes des moments merveilleux, voyant la réalisation d'une œuvre dont tu as été l'initiatrice, avec des rêves qui aujourd’hui sont une réalité.

Ton engagement pour la Vérité et la Justice t'ont emmenée à l'ex-ESMA - École Supérieure de Mécanique de la Marine – par laquelle sont passés des milliers de compatriotes prisonniers, torturés, kidnappés et disparus en Argentine, des enfants enlevés et disparus ; c'est de là qu'on sortait les prisonniers pour les vols de la mort.

Tu étais avec nous pour accompagner la douleur et la résistance d'un peuple. Nous accompagnait aussi sur ce chemin l'actuelle présidente de l'Argentine, Cristina Fernández de Kirchner.

Quand nous t'avons demandé si tu étais fatiguée, ta réponse fut : "Je suis en train de garder de l'énergie pour continuer". Ta permanente préoccupation pour l'environnement, la démocratisation de la terre et des ressources et biens de l'humanité, t'ont amenée à te battre pour l'eau, qui doit être préservée de l'ambition des puissants et défendue comme un droit vital pour la vie planétaire. Cette lutte fut un des grands axes de ta vie, que nous devons continuer et défendre.

Tant de souvenirs et de mémoire partagée sur ce chemin de la vie ! Tu avais la capacité d'effacer les frontières et d'embrasser les frères et les sœurs dans leur lutte pour démolir les murs de l'intolérance, de l'oppression, et réclamer les droits de tous et de toutes, de dépasser l'individualisme et de penser à nous, sans spéculer, avec cette grandeur d'esprit, cette conscience critique et ces valeurs.

Chère Danielle, nous ne te disons pas adieu car nous savons que tu es en train de "garder de l'énergie pour poursuivre le chemin" ; où que tu sois nous t'embrassons très affectueusement.

 

Buenos Aires, le 22 novembre 2011.