Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

26 décembre 2012

Transmis par G W

Lu sur :

Le Gabon veut lever l'omerta sur les crimes rituels

L'AUTEUR

 Slate Afrique

 

C’est une grande première pour la justice gabonaise: un sénateur vient de se voir lever son immunité parlementaire, afin de pouvoir être entendu au sujet du meurtre d’une fillette de 12 ans.

«C’est le meilleur cadeau de Noël que le Sénat ait offert aux Gabonais», commente RFI, en rappelant que le meurtre, que le sénateur Gabriel Eyeghe Ekomié est accusé d'avoir commandité, avait une vocation «fétichiste».

La petite Bilemba Mouenguela avait ainsi été tuée, en mars 2009. La justice avait reconnu coupable un certain Aristide Pambo Moussounda, qui a été condamné à perpétuité, le 7 mai 2012.

Seulement, le meurtrier avait expliqué à plusieurs reprises avoir agi sur demande du sénateur Eyeghe Ekomié, qui souhaitait prélever les organes de la fillette, «notamment la langue et le sexe», écrivait Afik.com après le procès.

Cette thèse pourra désormais être vérifiée, et le sénateur être entendu par la justice. C’est sur ordre de la ministre de la justice que le processus de levée d’immunité parlementaire a d’ailleurs pu être déclenché, au mois de juin.

Ida Reteno Assounoué, la ministre, avait alors déclaré:

«Il nous faut une justice exemplaire. Nous devons permettre au sénateur d’aller se défendre devant les tribunaux pour prouver son innocence», indique le site Gaboneco.

«Personne n’imaginait que le parti au pouvoir, ultramajoritaire au Sénat, pouvait livrer un de ses membres à la justice. Les Gabonais attendaient avec impatience une telle décision pour que la peur change de camp», souligne, avec un brin d’émotion, le correspondant de RFI à Libreville, la capitale du Gabon.

«C’est peut-être la fin de l’impunité concernant les crimes rituels, un phénomène qui a endeuillé trop de familles», aurait même murmuré un sénateur, toujours selon RFI.

Le site Gaboneco rappelle aussi que cette décision était surtout attendue par la famille de la fillette assassinée, et que la nouvelle apporte à celle-ci un véritable «soulagement».

Lu sur GabonecoRFIAfrik.com

 

Et enrtendu sur RFI :

 

 

---------------------------------------------------

16 avril 2012

Transmis par G W.

 Il faut briser le silence, et donc en parler partout, même ici !

 

Les crimes rituels au Gabon, ce n’est pas nouveau… Mais ce qui me touche plus particulièrement cette fois ci, c’est que la victime, Lena Marcelle, était une chrétienne active aux Rois Mages (Libreville – Gabon), paroisse où j’ai vécu de 1971 à 1991[1].

405946_2359746436291_1329206986_31935457_1199251021_n.jpg

A la JEC, quand on fait révision de vie, dans la première partie, au VOIR, une fois le fait retenu et bien expliqué, on pose la question : « connaissons nous d’autres faits pareils ? »

En 1989 ou 1990, j’étais donc aux Rois Mages, mais, mauvaise santé oblige, j’avais dû prendre deux ou trois mois de repos. Et l’évêque avait demandé à l’abbé Jean Vincent, tout nouvellement ordonné, de me remplacer.

A mon retour, je lui demande si tout s’est bien passé… Oui, mais… (et ce sont les chrétiens qui m’ont expliqué) : l’abbé avait connu quelques peurs. En effet, à la veille d’élections, une rumeur courait dans la ville : « une liste circule…pour gagner les élections il faut assassiner un albinos, un jumeau, un jeune prêtre… » et j’oublie le reste de la liste…Le jeune prêtre… il était le seul jeune prêtre !

Depuis, l’abbé Jean Vincent est devenu évêque, et je pense qu’il doit avoir gardé un souvenir de cette époque…

Pour conclure, je répéterai à l’attention des jécistes, des anciens jécistes, et de tous les chrétiens qui veulent « pratiquer », pas seulement le dimanche, mais à chaque instant : prenons le temps de faire révision de vie, sur le malheur qui vient de toucher la famille de Lena et sur sa famille des Rois Mages.


[1] La joie de vivre en communauté : http://joie-en-communaute.over-blog.com/

 

------------------------------------------------

 

Les crimes rituels au Gabon

arton17414-5d326.jpg

 

Avec Jean Elvis Ebang Ondo 1, mettons fin au silence !

 

 

 

87460.jpg

 

Avec Ali Bongo 2 , réagissons !

 

 

 

5_conferencedesevequesgabon-300x150.jpg

Avec les évêques du Gabon 3 , crions haut et fort que « la vie est un don de Dieu, elle ne doit en aucun cas être détruite pour quelque avantage que ce soit ».

 

VOIR – JUGER – AGIR

 

cliquer sur :

 


[1] Fondateur de l'Association de lutte contre les crimes rituels (ALCR). Aujourd'hui, l'association fête ses cinq années. Et le constat est terrible : « En 2010, nous avons recensé 37 cas. Chaque semaine, on découvre un corps dans la nature. Chaque semaine, un enfant gabonais est assassiné pour satisfaire des personnalités qui font ces basses besognes », précise le président de l'ALCR.

http://africamix.blog.lemonde.fr/2011/07/16/gabon-lhorreur-des-crimes-rituels-continue/ (16 juillet 2011)

 

[2] On y apprend qu’Ali Bongo a décidé de réagir face aux crimes rituels qui ont lieux au Gabon.

« Nous sommes dans un Etat démocratique, un Etat de Droit et nous vivons sous le règne de la Loi. Si les lois ne sont pas suffisantes pour résoudre ce problème alors qu’on les modifie. Mais si nos lois sont bonnes alors qu’on les applique dans leur plénitude, sans faiblesse et sans excès. Je le répète personne n’est au dessus de la Loi » a déclaré le chef de l’Etat.

http://www.gabonews.com/politique/8087-crimes-rituels-et-insecurite-au-gabon-le-chef-de-letat-tape-du-poing-sur-la-table-   (11 avril 2012)

 

[3] Les évêques gabonais ont annoncé dans leur déclaration finale que « nul n’a le droit de disposer ni de sa vie ni de celle d’autrui. Ainsi nos cœurs de pasteurs saignent chaque fois qu’il nous est fait état de crimes rituels de plus en plus nombreux perpétrés dans notre pays. Nous condamnons avec fermeté ces pratiques contraires à toute valeur humaine et chrétienne. 

Il est inadmissible que les auteurs et les commanditaires de ces actes crapuleux demeurent presque toujours impunis. La vie est un don de Dieu, elle ne doit en aucun cas être détruite pour quelque avantage que ce soit.

 Nous décrétons pour l’Eglise Catholique, la journée du 28 décembre de chaque année, fête des Saints Innocents, comme journée de prière pour les victimes innocentes de toute forme de violence. ». 

(Sources : apic/gabonlibre/eglisecatholique.ga – DICI n°250 du 17/02/12)

 

http://www.dici.org/actualites/gabon-leglise-catholique-lutte-contre-les-crimes-rituels/ (17 février 2012)

 

Pour en finir avec les crimes rituels, commençons par en parler !

Faites passer cet article à vos amis, parents et connaissances !

 

Tag(s) : #www.partenia2000