Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Transmis par Martine Boichot

 

Comment la France pille l'Afrique par Eva Joly

 

5 novembre 2009
Source: Le Messager
Eva Joly. Editions des Arènes (Paris), 2007
Extrait de La force qui nous manque
ISBN : 9782352040354 

 

 

Pour lire , cliquez sur EXTRAITS

 

-----------------------


En complément ...


La force qui nous manque 
Eva Joly
Tout le monde connaît Eva Joly, mais personne ne sait qui elle est vraiment. Chacune de ses rares interventions publiques a marqué les Français par son authenticité et sa force de conviction.

La force qui nous manque
est un témoignage vécu, mêlant le récit intime, les anecdotes et les réflexions sur la corruption.
 
Se livrer est toujours un exercice périlleux pour une icône. Surtout quand elle s'appelle Eva Joly. L'ancienne juge d'instruction, rendue célèbre par l'affaire Elf, publie vendredi "La force qui nous manque", récit où s'entremêlent vie intime, vie publique et réflexions sur la corruption, la pauvreté. A 63 ans, l'oeil toujours aussi bleu et séducteur, Eva Joly partage sa vie entre la France et la Norvège où elle est conseillère du gouvernement pour la lutte contre la corruption et le blanchiment.
De l'affaire Elf à son départ de la magistrature en 2002, elle est devenue la coquette icône du combat contre la corruption dont les effets ruinent les démocraties et enrichissent les prédateurs. "Je n'ai pour écrire que l'expérience d'une vie, la mienne, celle de Gro Farseth devenue en France Eva Joly", lit-on dès les premières pages de ce livre co-écrit avec la journaliste Judith Perrignon.
Une expérience qui lui permet de porter un "double regard" que lui a donné cette "double culture", celle de l'idéal égalitaire de la Norvège et celle de la France féodale. Elle s'étonne du peu de réactions sur la nomination à l'automne 2006, au poste de procureur général de la cour d'appel de Paris, du directeur de cabinet du garde des Sceaux, ancien conseiller à la Justice de Jacques Chirac.
"Est-on sûr qu'il n'y a pas de liens qui vont influer sur les choix que ce magistrat fera?", glisse-t-elle à l'occasion d'un entretien avec l'Associated Press pour la sortie de son livre. La démocratie se définit par des actes comme "la liberté de la presse ou l'indépendance de la Justice".

En France, "une grande partie de la presse n'est pas libre, une grande partie de la justice n'est pas indépendante", dit-elle. Et, à destination du nouveau locataire de l'Elysée: "Ce n'est pas parce que vous invoquez Jaurès que vous êtes démocrate". Dans son dernier opus, elle revient sur ces "invulnérables", ces tout-puissants de la finance ou de la politique, persuadés d'être intouchables. Les Tapie, Le Floch-Prigent, Léotard ou Tarallo pour lesquels "le grand édredon des élites françaises a amorti les coups". Elle raconte avoir bâti, avec l'aide de son gouvernement, un réseau (le "Network") de procureurs, de juges, de policiers qui luttent contre la corruption afin de relier entre elles des énergies, "tisser une toile serrée, forger un bouclier".
Le lecteur de ses ouvrages précédents pourra peut-être se lasser de ses réflexions, parfois convenues mais toujours utiles à rappeler, sur les paradis fiscaux, le pillage de l'Afrique ou la justice française. Il sera sans nul doute étonné par les passages où Eva Joly revendique sa féminité. "J'étais, je suis et resterai cette femme impatiente, têtue, coquette". Une femme "libérée de tous les mythes féminins" qui reconnaît "avoir besoin de l'intimité d'un homme". Mais il sera sans nul doute désarçonné par la mise à nu de sa vie de couple, la mélancolie et le suicide de son mari, qu'elle évoque avec des mots simples. "Vient un moment, pourtant, où l'on comprend que l'on ne sauvera pas l'autre en renonçant à soi". "Je n'en veux plus à Pascal de s'être donné la mort. Ma colère est tombée. Elle a duré quelques années et m'aura plus ou moins protégée des remords et des souvenirs", écrit-elle. "C'est un événement incroyablement important de ma vie que je ne pouvais passer sous silence", explique-t-elle. Mettre des mots sur ce drame fut "une façon de fermer les blessures", dit-elle.
AP - Ed. Les Arènes (190 pages; 19,80 euros)


Eva-Joly-2.JPG



Tag(s) : #Le coin des livres