Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

6 décembre 2012


img610

 

 

 

 

 

 

Transmis par Croyants en liberté 42

 

 

Samedi 1er Décembre 2012

 

ASSEMBLEE GENERALE DES PARVIS

 

Des familles ROMS à Saint Etienne

 

Ils étaient lointains – perdus dans de pauvres villages de ROUMANIE ou dans des bidonvilles et dans les années 2005 – 2006 ils sont devenus nos voisins, ils sont devenus notre prochain. Comme tous les autres Européens, ils avaient acquis le droit de circuler librement dans toute l’Europe, mais en France ils étaient considérés comme des touristes ne pouvant séjourner plus de 3 mois. Beaucoup ont été reconduits dans leur pays d’origine… Ils sont revenus poussés par la misère, ils sont toujours là… 3 ou 400 à St Etienne et à St Chamond…


            Comme 180 d’entre eux étaient devenus nos voisins de quartier en squattant deux écoles désaffectées, nous sommes allés les voir avec les militants de l’Association solidarité Roms (1). Il y avait là des familles entières avec grands-parents, parents, ados, garçons et filles, bébés et jeunes femmes enceintes. A force d’ingéniosité, de débrouillardise, ils ont réussi à se constituer de petits lieux de vie à l’intérieur des classes de l’école, serrés les uns contre les autres. La Mairie de droite de l’époque les tolère et leur laisse accès à l’électricité et à l’eau. Elle fait installer une grande benne à ordures dans la cour. Installation absolument nécessaire pour les Roms capables de ramasser une quantité incroyable d’objets divers et d’en jeter la moitié qui ne peuvent servir à rien.

            Le travail des militants engagés dans l’Association solidarité Roms a été d’abord un travail d’accompagnement social. Travail accompli notamment par des femmes – je le souligne aujourd’hui devant cette assemblée préoccupée de la place des femmes dans nos sociétés – Des femmes qui ont assuré l’organisation de la scolarisation des enfants – visite médicales – inscriptions – suivi dans les écoles – jeux pour enfants le mercredi… Elles ont assuré aussi le suivi médical des enfants, des bébés et des adultes en facilitant les visites à l’hopital, la venue d’un camion-radio  sur place pour le dépistage de la tuberculose, etc…

Un soir, nous avons fait avec eux une veillée à l’église toute proche pour que les « paroissiens » fassent un peu mieux connaissance avec l’histoire de ce peuple qui est en transhumance depuis des siècles… Peuple souvent méprisé et maltraité et même persécuté à l’égal des Juifs par les Nazis dans les années noires.

            Avec eux  - au Jour de l’an 2007, nous avons organisé une merveilleux réveillon dans leur squat au son de l’accordéon et autour d’un plat bien de chez eux. Il fallait voir un de nos prêtres de 70 ans danser avec une grand-mère Rom. 

            Et puis au début de l’été 2008, la Préfecture a offert un retour en Roumanie à plusieurs familles et elle a fait évacuer les autres qui se sont réfugiées sur un terrain municipal vacant pour y construire des cabanes…et leur errance a continué jusqu’à aujourd’hui…

            Présence chrétienne. Dans l’Association Solidarité Roms  plusieurs militants sont chrétiens, d’autres loin ou très loin de toute conviction de type religieux. Mais comme dit Martin Hirch – lui-même fils d’un père juif et d’une mère protestante – « je ne veux m’enfermer dans aucune religion – et j’ai aimé qu’à EMMAÜS il y ait des mécréants et des vrais croyants accomplissant les mêmes gestes, vivant la même solidarité. La frontière n’est pas entre croyants et incroyants mais entre d’une part : ceux qui se posent des questions et s’interrogent sur le sens de leur vie et d’autre part : ceux qui ne cherchent plus rien et qui pensent que tout le monde doit être sur le même modèle » (fin de citation) .

            A St Etienne des chrétiens ont donc bougé. L’Evêque auprès des différents préfets. Des prêtres - des militants d’ACO – du CCFD et d’autres se réunissent régulièrement ; le diocèse a offert un local pour l’Assocation solidarité Roms… Nous avons passé dans une église le film LE BATEAU EN CARTON qui raconte l’histoire des Roms… et nous avons organisé des rencontres – des conférences pour une meilleure approche de ce peuple… L’important étant de faire tomber les préjugés et les jugements racistes qui sont encore monnaie courante ici comme ailleurs. Protestants et catholiques ensemble nous avons aidé des familles Roms chrétiennes à constituer un groupe de prière et à trouver un lieu pour prier deux jours par semaine.

            Notre travail a donc été aussi un travail de conscientisation de nos concitoyens et d’interpellation constante du pouvoir politique. Depuis 6 ans, il est impossible de compter le nombre de lettres à la Préfecture, à la Municipalité, au Conseil général, au gouvernement français, à nos députés et sénateurs pour que soit pris en compte la situation des familles Roms qui sont chez nous. Nous avons interpellé de la même manière les élus de droite et de gauche… – En août 2010, Sarkozy avait frappé très fort dans son fameux discours de Grenoble et les Roms avaient été impitoyablement chassés de leurs squats et des terrains occupés illégalement à St Etienne et ailleurs.  Nous avons dénoncé fortement ces mesures inhumaines. En 2012 certaines promesses de François Hollande nous avait donné quelque espoir, mais elles n’ont pas été suivies d’effet.  Aujourd’hui donc la lutte politique  doit  continuer notamment pour que soient abolies les  mesures transitoires propres à la France qui interdisent pratiquement aux Roms de s’insérer dans le monde du travail. De petits progrès ont été faits, mais on est encore loin du compte. Il n’est pas interdit d’espérer.

            Nous avons bien conscience que le problème est complexe et qu’on ne s’en tire pas avec des YAQUA. Mais nous prenons la défense des familles Roms parce que sont des personnes humaines dont les droits fondamentaux sont bafoués Et pour nous disciples de Jésus – l’évangile nous indique avec clarté et force que l’accueil de l’étranger n’est pas une simple option que l’on pourrait accepter ou refuser.

            Si nous voulons continuer de vivre d’Evangile, il nous faut d’abord ouvrir les yeux.

Jésus a reproché au riche de n’avoir pas VU Lazare qui mendiait à sa porte. Jésus a félicité le Samaritain qui s’est arrêté en chemin pour VOIR le blessé couché dans le fossé. D’autres étaient passé SANS VOIR .

            Les familles ROMS – et les autres personnes à la rue - allez donc les voir – allez leur parler –  considérons-les comme des frères et sœurs en humanité. Je terminerai s’il vous plaît par un petit brin de chanson que chantait Anne Van Der love je crois il y a 40 ans déjà…

            « Si vous voulez parler de ces pays lointains

            Où l’on meurt de misère et de faim

            Des enfants du Biafra et des petits Indiens

            A 2 pas de chez moi – allez voir mes voisins.

            A 2 pas de CHEZ TOI – VA DONC VOIR TES VOISINS. »

           

 

Roger Millet, Croyants en liberté 42.

 

(1) Voir : http://www.solidarite-rroms.fr/

 

 

Bidonville2.jpg

 

 

Bidonville5-copie-1.jpg

 

 

 

 


 

Tag(s) : #www.partenia2000