Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

29 février 2012

 

Appel de Terre d'errance

 

Bonjour à tous,

La préfecture du Pas de Calais a envoyé la facture de la démolition du camp à la commune de Norrent-Fontes. Cette facture s'élève à 21 270,86 euros.
Cette facture est une honte .
Nous soutenons le conseil municipal et le maire et nous vous informerons de ce qui sera mis en place.

Les migrants, eux, quitteront bientôt la salle municipale et nous ne jouerons pas au plus hypocrite : nous n'attendrons pas que ces personnes s'éparpillent dans les champs voisins sans rien pour se protéger de la pluie avant de leur venir en aide.

Avec l'aide et le soutien de Médecins du Monde, bénévoles et migrants construiront des abris.
Mais nous avons besoin de vous pour cela. Les bénévoles de Terre d'Errance sont déjà très pris par les douches, les tris de nourriture et de linge...et il est important de montrer que nous ne sommes pas seuls, que vous êtes là, avec nous.

Alors si vous pouvez vous libérer quelques jours durant le mois de mars, si vous êtes prêts à scier, clouer et viser pour défendre les droits de l'homme, vous êtes les bienvenus (pas nécessaire d'être un as du bricolage: il y aura des chefs de chantier)!
Dans ce cas, merci de répondre à ce message en précisant vos noms, numéro de téléphone et la période à laquelle vous pourriez nous aider.

D'avance merci,
Pour Terre d'Errance,
nan suel

 

 

----------------------------------------------------------

 

1 février 2012

 

Transmis par Terres d'errance


untitled.jpg

Bonjour à tous,

Nous nous y attendions : le camp d'infortune de Norrent-Fontes a été rasé ce lundi matin par la gendarmerie.
Les personnes migrantes étant hébergées par la commune dans une salle municipale, cette destruction n'a pas été traumatisante.

Nous ne regretterons pas ces planches et ces bâches vieillissantes.

Nous regrettons que cette destruction ne soit pas accompagnée d'une réelle prise en compte des migrants.
Des agents du service de la Cohésion Sociale sont pourtant venus parler d'asile et proposer des hébergement aux personnes présentes dans la salle. Les réactions des migrants ont été claires:
" Pourquoi me proposer un hébergement à moi qui suis à l'abri et qui veux passer en Grande-Bretagne alors que je connais des demandeurs d'asile qui sont dans la rue"
" Nous n'avons jamais vu ces gens qui viennent nous réveiller et qui nous donnent une heure pour changer de projet de vie, comment voulez vous qu'on accepte ?" (les migrants passent leurs nuits à tenter d'entrer dans les camions qui vont en Grande Bretagne, ils dorment le matin)

Nous regrettons que le maire de ce village de 1500 habitants soit désigné comme fautif alors qu'il est un des rares élus à assumer sa responsabilité. Il demande depuis plusieurs années un dialogue avec l'Etat pour mieux répondre aux questions que pose la présence de migrants dans son village.

Cette destruction inutile s'explique par la contrariété du préfet devant la commune de Norrent-Fontes qui demandait à être aidée au même titre que la commune de Calais. Le préfet ne s'est jamais soucié des conditions de vie des personnes qui errent sur nos routes pour tenter d'aller vivre en Grande Bretagne.

Nous dénonçons l'inconséquence et la violence de l’État face à la question des migrations.
Nous ne cesserons de défendre la dignité et le respect pour tous les hommes et les femmes.

Dans quelques semaines, quand les gelées ne seront plus à craindre, les migrants quitteront la salle municipale. Pour aller où ?
Ils reconstruiront des abris de fortune.
Nous serons là pour les aider à s'abriter du vent et de la pluie, nous serons là pour leur donner la possibilité de se doucher et de se soigner. Pour défendre leurs droits.

Pour Terre d'Errance,
nan suel


Pour rappel :
L'an dernier, le conseil municipal de Norrent-Fontes a demandé à l’État de participer à l'hébergement hivernal des personnes migrantes présentes sur la commune (100 000 euros avaient été octroyés à la ville de Calais pour cela).
Le préfet n'a pas pardonné cette audace et a exigé la destruction du camp.
Plus de 500 personnes se sont déplacées pour soutenir le conseil municipal et ont contraint le préfet à respecter la loi.
L'Agence Régionale de la Santé est donc venue a plusieurs reprises constater d'abord que le camp était insalubre puis que le maire ne s'était pas plié à l'arrêté préfectoral lui demandant de détruire le camp.


destruction-camp-013

 

destruction-camp-008.jpg

 

http://terreerrance.wordpress.com/2008/02/22/destruction-du-camp-rue-de-rely/

 

 

 


Tag(s) : #www.partenia2000