Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

31 mai 2012

 

Transmis par Najia Elrhaoui (via Facebook)

  • Bonsoir les amis,
    j'ai reçu ce message d'une amie qui appelle à l'aide pour Mohamed Lemine!
    Il a besoin de notre soutien pour que son cas soit médiatisé. Merci, si vous êtes d'accord, de bien vouloir diffuser l'information...
    Voici le message reçu ci-joint:

    Bonjour Najia, toi qui a beaucoup plus d'amis Facebook que moi, peux-tu envoyer les informations sur Mohamed Lemine Ould Dadde aux tiens ? C'est important. Je le connais bien, l'ai rencontré quand j'étais militante Verte et lui combattait l'esclavage dans son pays natal, la Mauritanie. Il est entré au gouvernement avec le dernier changement de régime où, je suppose, il travaillait trop bien en faveur des déshérités et c'est pourquoi il a été accusé de corruption. Il en est totalement incapable ! Son procès vient de s'ouvrir à Nouakchott après plus de 600 jours de détention. Voici un lien pour le dernier article sur Rfi http://www.rfi.fr/afrique/20120530-ouverture-proces-mohamed-lemine-ould-dadde-mauritanie  Il a une page Facebook à laquelle on peut s'abonner. J'aimerais que ce procès soit plus suivi en France. Il a besoin de notre soutien !!

 

 

MAURITANIE - 

Article publié le : mercredi 30 mai 2012 - Dernière modification le : mercredi 30 mai 2012

 

Ouverture du procès de Mohamed Lemine Ould Dadde en Mauritanie

 Mohamed-lemine_0.jpg

Mohamed Lemine Ould Dadde.

 

logo.pngPar RFI

En Mauritanie, le procès de Mohamed Lemine Ould Dadde s'est ouvert mardi 29 mai devant la Cour criminelle de Nouakchott. L'ex-commissaire aux droits de l'homme, arrêté en septembre 2010, est accusé de détournement de fonds publics lors de l'exercice de ses fonctions de 2008 à 2010, pour un montant 271 millions d'ouguyas, soit environ 700 000 euros. Cette première journée a été consacrée à son audition.

Debout dans son boubou blanc, Mohamed Lemine Ould Dadde fait face à ses juges. Devant lui, un bureau encombré de dossiers, qu'il tour à tour brandit. Durant les cinq premières minutes, son ton est hésitant. Mais très vite, c'est avec conviction, parfois véhémence, qu'il répond aux questions et justifie sa gestion du Commissariat aux droits de l'homme.

Les échanges sont techniques. On débat du coût réel de la construction d'un puits, d'une tente ou même du mètre de fil barbelé. Car pour l'accusation, les fonds détournés l'ont surtout été par sur-facturation. On lui reproche également de ne pas toujours avoir fait d'appels d'offres ou d'avoir parfois agi sans l'accord de sa commission interministérielle de tutelle.

Ould Dadde nie catégoriquement tout détournement. Il s'attelle à justifier chaque dépense. Il souligne que son rang de ministre lui donnait la prérogative de prendre des décisions, notamment dans des situations d'urgence. Faire un appel d'offre pour la fourniture de tentes pour les victimes des inondations de 2009 par exemple, aurait retardé l'aide de plusieurs semaines, explique-t-il.

Ould Dadde met aussi en cause le chef d'inculpation de détournement de fonds. Selon lui, il suppose un enrichissement personnel. Le doigt pointé vers le procureur, il met le parquet au défi de trouver une quelconque trace de cet enrichissement. Dans la salle comble, plusieurs représentants d'ONG des droits de l'homme. Sans se prononcer sur le fond du dossier, ils rappellent que le délai de détention légal d'Ould Dadde a expiré en septembre dernier. Le juge suspend la séance à 16h. Elle reprendra dimanche 3 juin avec les plaidoiries du parquet et de la défense.

 

------------------------------------------

Revoir aussi  :

 

http://partenia2000.over-blog.com/article-en-mauritanie-l-esclavage-existe-bien-affirme-l-opposant-ould-boulkheir-105676319.html

 

 


 

 


Tag(s) : #www.partenia2000