Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Transmis par Omid Khadir

 

 

struan_stevenson.png

 

Struan Stevenson, eurodéputé,

au retour d’Irak


Communiqué de presse - Le 6 mai 2011 –

 

 

A propos du  camp d'Achraf

 

DELEGATION POUR LES RELATIONS AVEC L’IRAK - Le  président

Après mon retour d'un voyage de haut niveau en Irak la semaine dernière et agissant à la demande du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies en Irak - Ad Melkert - j'ai tenu des réunions urgentes avec Mme Maryam Radjavi - Présidente élue de la Résistance iranienne et les représentants officiels des résidents d'Achraf à l’extérieur de l'Irak le mercredi 4 mai 2011 à son siège à Paris.

En ma qualité de président de la délégation du Parlement européen pour les relations avec l'Irak, je me suis rendu en Irak du 26 au 29 avril afin d’y rencontrer de hauts responsables irakiens, américains et des Nations Unies. Le gouvernement irakien a expressément interdit à notre délégation de se rendre au camp d'Achraf. Un crime international a été commis sous la forme d’un massacre de 35 civils non armés et des centaines d'autres blessés sur le 8 avril par l'armée et les forces de sécurité irakiennes. Une enquête internationale indépendante doit être menée et ceux qui ont commis ces crimes doivent être traduits en justice.

Cependant, mes collègues et moi-même avons dit clairement dans nos discussions en Irak que nous étions prêts à rechercher une solution à long terme et pacifique fondée sur des négociations impliquant toutes les parties, acceptant la position que les résidents d'Achraf ne peuvent pas rester en Irak sur une base permanente et peuvent être assistés pour aller dans les 27 États membres de l'UE, afin d'éviter de nouvelles effusions de sang et de violence.

J'ai informé Mme Radjavi et les représentants des 3400 résidents d'Achraf que mes collègues et moi-même étions en train d’examiner et de préparer un plan réaliste et pratique de transfert des résidents d'Achraf vers des pays tiers et j'espère que cette solution sera annoncée lors d'une conférence de presse à Strasbourg le 10 mai.

Comme je l'ai déclaré dans un communiqué de presse publié à Erbil le 29 avril - nous pouvons alors commencer à négocier un accord avec le HCR de l'UE, des États-Unis, la MANUI, etc, mais cela est totalement subordonné à ce que les exigences suivantes soient remplies, à savoir: Le retrait des forces irakiennes du périmètre d'Achraf, la fin du siège d'Achraf, l'accès immédiat des résidents, en particulier ceux grièvement blessés, aux services médicaux dans les hôpitaux publics et les cliniques privées en Irak, et une enquête indépendante sur l'incident du 8 avril, où les responsables de l'assassinat de 35 civils non armés devront rendre des comptes.

Le transfert forcé des 3400 résidents d'Achraf à l’intérieur de l’Irak, comme cela a été suggéré par des sources diverses et évoqué par les Américains, n'est pas un choix réaliste et pratique et dans la pratique ne pourrait que préparer le terrain à un autre massacre. Si la volonté réelle du gouvernement irakien est de faire partir d’Irak les membres de l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran, qui vivent à Achraf depuis plus de 20 ans, il est préférable qu’au lieu de donner des délais qui ne contribuent pas à trouver de solution permanente et pacifique, le gouvernement irakien apporte l'assistance et les mesures nécessaires pour mettre en œuvre la solution proposée par ma délégation.

Le transfert forcé de ces 3400 réfugiés désarmés serait illégal et violerait les normes internationales et des dispositions du droit international humanitaire. Pendant ce temps, un mois après l’attaque, alors que les forces armées irakiennes équipées de véhicules blindés continuent d'empêcher l’inhumation des 35 victimes du raid dans le cimetière du camp, la question du transfert forcé est soulevée pour éclipser le massacre du 8 avril et préparer le terrain à un nouvel assaut violent.

J'espère être en mesure de présenter une proposition définitive pour le règlement à long terme de la crise d’Achraf à Mme Radjavi et aux résidents d'Achraf en début de semaine prochaine. Il sera difficile d'obtenir leur accord à une proposition qui met effectivement fin à des décennies de leur association avec Achraf qu'ils considèrent comme leur maison. Toutefois, ma délégation et moi sommes prêts à travailler pour atteindre cet objectif si les conditions de paix et de normalité peuvent revenir à Achraf dans l'immédiat à court terme. Cela signifie de garder son sang-froid et d’évider tout effort préventif des forces de sécurité irakiennes ou de toute autre personne pour faire partir de force les habitants vers un autre lieu en Irak.

Struan Stevenson, eurodéputé

 4400431997_ec80ab5bb8.jpg

Tag(s) : #www.partenia2000