Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Transmis par Annie Arroyo

 

 

DSC02079.JPG 

 

Un jeune homme de soixante quinze printemps !

 

            Il est des êtres sur lesquels le temps semble avoir peu de prise…

            C’est le cas de Jacques Gaillot, évêque de son état. Il vient, le 11 septembre dernier, de fêter ses trois-quarts de siècle, sans presque une ride, l’œil couleur de ciel d’été, le teint frais et le sourire paisible de ceux qui ont la conscience tranquille et le cœur pur. Chose rare de nos jours.

            Monseigneur Jacques Gaillot est un jeune homme de soixante quinze ans.

 

            N’allez pas croire, surtout, que cette jeunesse physique et morale soit le résultat d’une vie hyper protégée, confite en bondieuserie et cloîtrée dans l’ambiance douillette d’un quelconque diocèse!!

            Cette vie-là, ce natif de Saint Dizier, dans la Haute Marne, aurait pu l’avoir.

            Il aurait suffi qu’il se  contente de suivre le chemin pépère de la promotion interne que l’église réserve à ceux qui bêlent avec le troupeau du Seigneur! Prêtre en 1961, curé de Saint Dizier en 1973, vicaire général du diocèse de Langres en 1977, évêque d’Evreux en 1982, Jacques Gaillot avait tout pour finir cardinal, et qui sait, peut-être plus !

 

            Question : Quelle mouche a donc piqué notre monseigneur au point de s’attirer les foudres du Vatican et de se voir retirer son diocèse normand en 1995?

            Réponse : Monseigneur Gaillot a été contaminé - Horreur ! - par le virus de la solidarité!

 

            Allez savoir s’il n’a pas attrapé la maladie à 22 ans, pendant son service militaire en Algérie! Il ne serait pas le premier! Toujours est-il que, dès 1983, il soutient un objecteur de conscience devant le tribunal d'Évreux. Durant l'assemblée annuelle épiscopale, il est l'un des deux évêques à voter contre le texte épiscopal sur la dissuasion nucléaire. En 1985, il soutient l'intifada et se rend en Afrique du Sud en 1987 pour y rencontrer un jeune militant anti-apartheid condamné à quatre ans d'emprisonnement par le gouvernement sud-africain, renonçant pour cela à participer au pèlerinage diocésain à Lourdes, ce qui lui valut les critiques acerbes du landernau catholique!  Dans la foulée, il participe à un voyage en Polynésie française organisé par un mouvement pacifiste pour protester contre les essais nucléaires français!

            Pire encore, le voilà qui se déclare favorable au mariage des prêtres et même se dit prêt à donner une bénédiction aux homosexuels qui en feraient la demande à l'occasion de leur union …

            Le Primat des Gaules le rappelle à l’ordre, l'engageant à porter « une attention critique » aux « déclarations ambiguës » et à veiller avec une « vigilance particulière » à ce que ses interventions ne « mobilisent pas l'opinion en des conflits contraires au bien commun de la société et à la force du message chrétien ». Le bien commun de la société, voilà la consigne. Il semble que les marchands du Temple aient appris à se défendre depuis que Jésus les a fichus  dehors à coups de pieds dans … les étals (Quoi ? A quoi pensiez-vous donc?).

            Peine perdue : monseigneur continue de plus belle !

            Si bien que, le 13 janvier 1995, il est relevé de sa mission pastorale à Évreux  et nommé évêque in partibus de Partenia, un diocèse situé près de Sétif, en Algérie, et disparu dans les sables à la fin du Ve siècle, depuis 1.500 ans… Une « affectation » qui lui permet de se déclarer « évêque de nulle part » et d’être de tous les combats contre l’injustice, l’exclusion, la misère.

            On le retrouve aux côtés des sans-papiers comme des sans-logis, des militants basques comme des militants corses, des prisonniers politiques de tous bords, partout où des hommes et des femmes souffrent, avec cette chaleur humaine qui le caractérise et la certitude têtue qu’un monde meilleur est possible, comme le disait Che Guevara qu’il admire.

            Sa toute dernière « frasque » ? Une photo où il porte une pancarte avec un numéro d’écrou, participant ainsi à la campagne en faveur de la libération d’Arnaldo Otegi !

 

            Irrécupérable, Jacques Gaillot ?

            Que le Ciel vous entende !!

 

            Annie Arroyo

            Novembre 2010

 

-------------------------

 

 

18 septembre 2010, fête pour les 75 ans …

Annie est la 2ème personne qui intervient.

 

 

 

-------------------------

 

Revoir aussi :  Mon évêque chez les cubains

 

 

Tag(s) : #www.partenia2000